Le projet « Bruxelles numérique » du gouvernement bruxellois mettra en difficulté un Bruxellois sur deux.

Une carte blanche signée par un important collectif d’associations et de professionnels bruxellois, dont Grandir Ensemble.

 

Le gouvernement bruxellois va présenter au Parlement un projet d’ordonnance visant à rendre intégralement disponibles en ligne les services administratifs, et à communiquer avec les citoyens par ce biais. Nous dénonçons la disparition des guichets humains ainsi que la dématérialisation irréfléchie de ces services. Ceci est discriminatoire.

Dans quelques jours, le gouvernement bruxellois va présenter au Parlement un projet d’ordonnance intitulé “Bruxelles numérique”, porté par le ministre Bernard Clerfayt (Défi). Cette ordonnance, qui a la même force contraignante qu’une loi, impose aux administrations régionales et communales bruxelloises (telles qu’Actiris, les CPAS ou les communes) de rendre intégralement disponibles en ligne leurs services, et de communiquer avec les citoyens par ce biais. Par contre, ce texte n’impose pas aux administrations de maintenir un guichet humain, en parallèle de ce “guichet numérique”. L’objectif de la mesure est clair : le digital va devenir la règle quand le papier et le contact humain seront des exceptions. C’est ce qu’on appelle le “digital par défaut”.

Lire la carte blanche en entier, avec la liste des signataires, sur La Libre.

Interview d’Anne Coppieters, directrice générale de Lire et Écrire Bruxelles sur BXL1.

Manifestation du 6 décembre : reportage de BXL1.